Investir

Placer son argent permet de se constituer un patrimoine, de profiter de revenus supplémentaires pour préparer sa retraite et l’avenir de ses enfants, de préserver son capital ou encore de payer moins d’impôts. Selon vos objectifs, les risques que vous êtes prêt à prendre et votre situation fiscale et patrimoniale, plusieurs types d’investissements vous permettent d’épargner sur le long terme.

Certains investissements ne sont plus aussi avantageux et rentables qu’avant ; les taux de rémunération des nouveaux PEL ont par exemple chuté ces dernières années et l’accès aux fonds en euros des contrats d’assurance-vie a été restreint (les souscriptions sécurisées à 100 % sont de plus en plus rares, et un quota minimum est imposé sur les opérations non garanties). Laisser dormir ses avoirs sur des fonds monétaires n’est plus forcément rentable pour l’épargnant. La loi Sapin 2 prévoit également que le Haut Conseil de Stabilité Financière peut limiter, voire interdire, les versements et les retraits sur les contrats d’assurance-vie en cas de crise financière ou de remontée brutale des taux d’intérêts.

Malgré ces difficultés, on peut toujours faire fructifier son argent aujourd’hui, même avec des revenus limités. Livrets A et livrets bancaires, investissements immobiliers, Perp, PEA, PEA-PME, produits garantis… quels sont les meilleurs placements en 2017 ? Où placer son argent et quel placement financier offre le meilleur rendement ?

Entre les placements financiers traditionnels (des supports « à capital garanti », qui présentent malheureusement de faibles rendements aujourd’hui) et des investissements plus dynamiques et alternatifs, voici une sélection d’investissements sécurisés, efficaces et rentables à réaliser aujourd’hui.

1. Quel est le meilleur placement financier en 2017 ?

a. Les critères d’un bon placement d’argent

  • Le risque : pour placer son argent au meilleur taux, il faut savoir prendre des risques ! En effet, plus le niveau de risques est élevé, plus l’opération est en général rentable : la rémunération est proportionnelle aux risques encourus. Une opération financière très rentable et totalement sûre n’existe pas !
  • Le temps : pour être profitable, l’investisseur doit opter de préférence pour un placement sur une longue durée (néanmoins, le livret A ouvert à la naissance d’un enfant n’est pas forcément la solution la plus rentable pour investir à long terme). L’épargne profite d’une fiscalité allégée et n’est pas soumise aux cycles économiques et boursiers (l’épargne retraite peut par exemple être facile et assez rémunératrice si elle est constituée assez tôt).
  • La fiscalité : une bonne opération doit permettre à l’investisseur de profiter d’une faible pression fiscale ; il convient donc d’opter pour des investissements à la fiscalité allégée, ou pour un placement défiscalisant qui permet de réduire ses impôts. Certaines étapes (versement du droit d’entrée, gains générés, sortie avec plus-values) permettent également de bénéficier d’avantages fiscaux (réduction d’impôt, exonération d’impôt, franchise d’impôt).
  • Les conseils d’un professionnel : un conseiller financier peut vous guider dans vos choix et vous renseigner sur certaines opérations complexes, sur la rentabilité (taux de rendement du placement), la cohérence de l’opération envisagée avec votre situation financière et familiale, les frais d’investissements (frais d’adhésion, de souscription, de gestion), la fiscalité, la liquidité (fiscalité de sortie : comment récupérer ses fonds ? Quelle est la durée de blocage des fonds ?).

b. Les différents types de placement

– L’immobilier : placer son argent en 2017 dans les biens immobiliers reste l’un des investissements préférés des Français. Cela permet de se constituer un patrimoine, tout en bénéficiant de réductions d’impôts (notamment grâce aux statuts LMNP et LMP). Pour profiter des taux d’emprunt historiquement bas d’aujourd’hui, l’investisseur doit se tourner de préférence vers un crédit (la faiblesse du coût pousse à utiliser le levier du crédit).

Il peut s’agir d’investir dans l’ancien ou dans le neuf : le retour sur investissement de l’immobilier locatif est intéressant si le prix d’achat, la qualité du bien et son emplacement (proche des commerces, du centre-ville, des écoles, des transports en commun) sont bien étudiés, en particulier dans certaines villes de France (Bordeaux, Rennes, Paris, Toulouse, Nantes, Montpellier). Le locatif dans le neuf (programmes neufs) permet de bénéficier des dispositions de la loi Pinel, qui offre une réduction d’impôt pour les biens mis en location pendant une durée minimum (jusqu’à 21 %). Les biens anciens à rénover sont quant à eux moins chers à l’achat ; les travaux peuvent être déduits des revenus fonciers (déficit foncier, dans la limite de 10.700 euros), ce qui permet de réduire son imposition.

On peut aussi devenir propriétaire de sa résidence principale, ce qui permet notamment de profiter d’une niche fiscale : à la revente, la plus-value est exonérée d’impôts et de prélèvements sociaux. Le particulier peut également investir dans une SCPI (société civile de placement immobilier) ou dans une résidence de service gérée (résidence étudiante, résidence senior, EHPAD), pour percevoir un loyer sans avoir à s’occuper du bien.

Avant d’investir, pensez à prendre en compte tous les frais liés à l’opération : assurances, frais d’entretien, impôts fonciers, charges de copropriété, travaux, vacance locative… Un conseiller en gestion de patrimoine (CGP ou CGPI) peut vous aider à réaliser un placement financier sans risque, qui vous permettra notamment de défiscaliser, en vous renseignant sur les meilleurs emplacements du marché et sur la rentabilité envisageable.

– Les parkings : une bonne opération immobilière pour ceux qui souhaitent investir une faible somme d’argent, et profiter d’un complément de revenus en diversifiant leur situation patrimoniale. Avec des rendements de 6 % à 8 % par an, les parkings sont faciles à entretenir et à louer, et peuvent se revendre rapidement (bonne liquidité). L’investisseur doit cibler en priorité les grandes villes et les bassins d’emploi.

– Les placements financiers (voir §3) : on peut investir ses actifs financiers aujourd’hui dans plusieurs produits : livret d’épargne, assurance-vie, épargne réglementée (livret A, PEL), assurance-vie en unités de compte, bourse…

Les actions permettent de placer son argent sur le long terme. Investir en Bourse offre en effet une bonne rentabilité sur la durée ; si vous êtes prudent, vous ne consacrerez que 25 % de vos actifs financiers à ce type d’investissement.

– Les FCPI et FIP : les fonds communs de placement dans l’innovation et les fonds d’investissement de proximité permettent de défiscaliser en investissant dans des PME non cotées. Les frais peuvent être élevés et la réduction d’impôt annuelle est plafonnée. Investir directement dans une (ou plusieurs) PME permet également de devenir acteur de l’économie réelle en soutenant une jeune entreprise française, et de bénéficier d’une réduction d’impôts sur le revenu (18 %).

– La SCP : la société civile de portefeuille est ouverte aux particuliers détenant au moins 1M€ de liquidités. Permettant d’optimiser la fiscalité des actifs placés, elle peut même avoir pour effet d’exonérer l’investisseur de l’ISF.

– Le financement participatif (crowdfunding) : cela peut être intéressant pour l’investisseur qui souhaite financer des projets concrets (investir dans des TPE – PME et dans des start-ups, avec une faible mise de départ). Le financement participatif en prêt (crowdlending) offre un taux de rémunération annuel d’environ 7 %, avant impôts et prélèvements sociaux, pour un prêt de 36 à 48 mois (2000 € par projet au maximum). L’opération peut être risquée ; il faut veiller à diversifier ses placements (prêts à différentes entreprises, via différentes plateformes).

– Les autres investissements : certains investisseurs se tournent vers les pièces en or et les lingots, le vin (vins en primeur) ou les matières premières ; l’art est également un moyen de se constituer un patrimoine en collectionnant des oeuvres (toiles, sculptures, photographies). Le mécanisme du démembrement de propriété permet enfin de faire sortir la valeur de la nue-propriété de l’assiette de calcul ISF.

2. Pourquoi investir dans une SCPI ?

La SCPI (société civile de placement immobilier, ou la pierre-papier) permet d’investir dans la pierre à partir de quelques centaines d’euros, sans avoir à gérer le bien : l’investisseur achète des parts de SCPI, c’est-à-dire une partie du portefeuille constitué de logements et de biens dans l’immobilier professionnel (commerces et bureaux), mis en location. Certaines SCPI investissent dans de nouveaux domaines comme l’hôtellerie, les résidences gérées ou encore les établissements de loisirs et de santé. La souscription peut se faire auprès d’une banque, de sociétés de gestion, de compagnies d’assurance ou de conseillers en gestion de patrimoine.

L’organisation de la perception des loyers, de l’entretien et des travaux est confiée à des professionnels. C’est également sur le gestionnaire que reposent les résultats et les performances du placement SCPI : c’est lui qui achète, qui gère et qui cède les actifs de la société. Si le capital n’est pas garanti, l’opération repose sur l’immobilier qui reste un actif tangible et une valeur sûre.

Investir dans une SCPI permet de profiter d’un bon rendement, d’environ 5 % brut ; le loyer est versé tous les 3 mois à l’investisseur (distribution de dividendes : quote part proportionnelle à l’investissement) et la valeur de ses parts évolue en fonction de l’évolution de l’immobilier. Ces revenus relèvent de la fiscalité des revenus fonciers et sont soumis aux prélèvements sociaux.

L’investisseur doit être vigilant sur le montant des frais prélevés, sur le délai de jouissance des parts (absence de revenus pendant plusieurs mois) et sur la liquidité des parts à la revente ; il ne doit pas investir la totalité de ses actifs dans des SCPI.

Deux catégories de SCPI existent aujourd’hui : les SCPI à capital fixe et les SCPI à capital variable (dont les parts se revendent plus rapidement). L’investisseur peut acheter des parts de SCPI de rendement ou des parts de SCPI fiscales.

Les SCPI de rendement (90 % du marché) sont une très bonne alternative aux fonds euro : le portefeuille de la société est diversifié, c’est-à-dire constitué de différents biens immobiliers, principalement dans le secteur professionnel (commerces, bureaux, entrepôts, centres commerciaux…). Les rendements locatifs sont élevés dans ce secteur et la rentabilité est intéressante.

Les SCPI fiscales permettent quant à elles d’investir dans l’immobilier d’habitation et de profiter des dispositifs de défiscalisation (jusqu’à 21 % du montant de l’investissement) : SCPI Malraux, SCPI Pinel, SCPI de déficit foncier… Elles permettent à l’investisseur de réduire ses impôts. Les titres doivent être conservés pendant plusieurs années (9 ans minimum pour les SCPI Pinel par exemple).

3. Les investissements financiers : banque, livrets et bourse

On peut investir ses actifs dans des différents produits aujourd’hui : livret d’épargne, assurance-vie en euros, épargne réglementée (livret A, PEL) pour une opération sans risque, assurance-vie en unités de compte, bourse…

a. Les placements bancaires

Les livrets d’épargne et les livrets réglementés présentent les meilleurs rendements sur le court terme, si l’on souhaite pouvoir disposer librement de ses économies.

Parmi les livrets réglementés, on retrouve le livret A, le LDD (livret développement durable) et le LEP (livret d’épargne populaire) : exonérés d’impôts et de prélèvements sociaux, ils permettent d’épargner de manière totalement sécurisée, avec des fonds disponibles à tout moment. Leurs taux de rendement sont en revanche de plus en plus faibles (0,75 % pour le livret A). Le livret Jeune est accessible aux jeunes âgés de 12 à 25 ans ; avec une rentabilité oscillant entre 1 % et 2 %, il peut être cumulé avec d’autres livrets réglementés.

Les livrets bancaires (proposés librement par les banques) restent plus intéressants que les livrets réglementés (récente baisse du livret A, plafond très limité du livret jeune ou du livret d’épargne populaire). Disponibilité de l’épargne, garantie sur les sommes déposées et les intérêts, peu de risque : le livret bancaire apparaît aujourd’hui comme le meilleur placement bancaire à court terme. Même si ces livrets sont imposables, ils peuvent se révéler plus rentables que les livrets défiscalisés, à condition de bien les choisir ! Les « super livrets » proposés par les banques en ligne offrent des taux intéressants pour placer ses actifs sur une courte durée (entre 2 % et 3 %), sans plafond.

Sur une durée moyenne (5 ans environ), le plan d’épargne logement ou PEL (support réglementé) est l’opération financière la plus souple, la plus sûre et la plus rentable (après l’assurance-vie en euros). Les intérêts sont exonérés d’impôts jusqu’à la douzième année d’épargne. Le PEL convient parfaitement à un projet immobilier par exemple.

b. Investir en Bourse

Investir dans des actions fait partie des meilleures opérations financières de longue durée. Investir en Bourse offre en effet un bon rendement sur le long terme ; si vous êtes prudent, vous ne consacrerez que 25 % de vos actifs financiers à ce type d’investissement.

Vous pouvez aujourd’hui facilement avoir accès aux marchés financiers et investir en direct grâce à différentes plateformes de trading en ligne ; l’opération peut être fastidieuse et coûteuse, et l’investisseur doit avoir une bonne connaissance du marché boursier. Il est en général conseillé de se tourner vers des SICAV et FCP, des sociétés de gestion collective qui permettent de diversifier les investissements.

Ces portefeuilles de valeurs mobilières (SICAV et FCP) facilitent l’accès et la diversification des risques ; l’investisseur achète une ou plusieurs parts de ces fonds et peut ainsi investir dans une centaine d’entreprises. Les frais prélevés par les banques et les compagnies d’assurance (intermédiaires) peuvent être élevés (frais d’entrée et de sortie, frais d’arbitrage,…). Certaines banques en ligne proposent des Fonds à 0 %, sans droit d’entrée ni de sortie.

La fiscalité de ces fonds peut également être réduite s’ils sont intégrés à un compte PEA (plan d’épargne en actions) ou PEA-PME : aucun retrait n’est possible pendant les cinq premières années, mais des avantages fiscaux très importants apparaissent au bout de 5 ans (exonération totale d’impôts sur les plus-values et les dividendes). Le PEA est la meilleure enveloppe pour investir en bourse, mais requiert l’aide d’un professionnel.

Les trackers (ETF) sont des fonds qui permettent de diversifier son portefeuille : ils reproduisent la performance des grands indices boursiers (matière première, action, obligation) et les frais de transactions sont peu élevés. Leur performance dépend du marché sur lequel vous investissez : certains Trackers montent alors que la bourse baisse, d’autres ont un effet de levier et certains peuvent être éligibles à l’assurance-vie ou au PEA.

Les spéculateurs aguerris peuvent également investir une partie de leurs actifs sur le marché des devises (FOREX), en utilisant des CFD (Contract for Difference) pour spéculer à la hausse et à la baisse : les gains peuvent être importants mais les risques sont élevés.

Le marché des obligations est souvent réservé aux professionnels : néanmoins les particuliers peuvent investir leur épargne dans des obligations, via des SICAV obligataires ou via des contrats d’assurance-vie (composé en majorité d’obligations à taux fixe). Les obligations convertibles permettent au souscripteur de choisir de les convertir en actions avant l’échéance, mais leur rendement reste faible.

L’assurance-vie multi-supports (voir §4) permet d’accéder au traditionnel fonds en euros et à de nombreux fonds de placements (unités de compte, fonds investis en actions ou obligations internationales). Comme dans un contrat mono-support, le cadre fiscal reste très avantageux.

4. Placement assurance-vie et épargne retraite

a. L’assurance-vie en euros

Si vous souhaitez investir pendant plusieurs années sans risque, et que vous n’avez pas besoin d’avoir accès à votre épargne, tournez-vous vers l’assurance-vie en euros : celle-ci offre la garantie de ne pas voir ses actifs soumis aux aléas de la bourse (contrairement à l’assurance-vie en unités de compte). Vous pouvez vendre un fonds et vous repositionner sur un autre, en étant exonéré de prélèvements fiscaux et sociaux.

Placement financier préféré des Français aujourd’hui, il permet d’investir sans risque, de se constituer une épargne et peut rapporter plus qu’un livret bancaire (même si les taux ont tendance à diminuer depuis plusieurs années). Pour pouvoir profiter de ses avantages fiscaux, il faut souscrire un contrat pour au moins 8 ans : à partir de la neuvième année, l’imposition diminue jusqu’à disparaître. L’épargne reste disponible pendant toute la durée du contrat (mais les intérêts sont alors fiscalisés).

Les fonds en euros, ou contrat mono support, ne font donc courir aucun risque ; même si les rendements ne sont pas aussi importants qu’avant, ils offrent une bonne garantie pour les liquidités à long terme. De plus, en cas de décès du souscripteur, les bénéficiaires peuvent être librement choisis.

Pour dynamiser son contrat, il est néanmoins conseillé de basculer une partie de ses actifs sur un contrat multi-supports, qui permet d’investir dans plusieurs fonds actions internationales. Les produits structurés offrent une bonne alternative aux fonds euro.

b. L’assurance-vie en unités de compte

Dans le cadre de votre contrat, vous pouvez souscrire à des fonds diversifiés (actions, obligations et produits monétaires) : un professionnel gère vos actifs en fonction du marché, de manière plus dynamique. Les contrats « euro croissance » ou les fonds diversifiés offrent une garantie après une certaine période (entre 8 et 25 ans), qui porte sur la quasi-totalité des primes versées.

Les supports peuvent également être acquis par le biais d’unités de comptes, proposées par les contrats multi-supports : fonds avec garanties particulières, obligations, immobilier, etc peuvent être acquis via ces contrats.

Diversifier ses placements sur les unités de comptes (fonds de diversification) permet de gagner plus qu’avec un produit sans risque, tout en limitant les risques au maximum. L’assurance-vie en unités de compte est un portefeuille d’investissements financiers, composé par son gestionnaire : ce dernier peut par exemple y inclure des supports en € (investissements garantis) et d’autres supports non garantis mais offrant plus de rentabilité.

Les contrats d’assurance-vie en unités de compte permettent de profiter des mêmes avantages fiscaux que les autres : la fiscalité est diminuée au bout de 8 ans d’épargne. Les impôts et les prélèvements sociaux sont payés uniquement lors du retrait ou du décès du souscripteur (à la différence des comptes-titres ordinaires, fiscalisés à chaque plus-value).

c. Les placements retraite

Plusieurs placements retraite permettent aux contribuables taxés à 30 % et plus de réduire leur imposition.

Le contrat Madelin (pour les professions libérales et les artisans) permet de profiter d’un complément de retraite accompagné d’un avantage fiscal : les cotisations versées sont déductibles des revenus dans la limite de 70.374 €. Le capital investi est bloqué jusqu’à la retraite (dans un fonds ou en unités de compte) ; il est converti en rente viagère au moment du départ à la retraite (la rente est fiscalisée).

Le Plan d’Épargne Retraite Populaire (PERP) permet d’épargner dans un fonds en profitant d’un avantage fiscal à l’entrée : les sommes versées sont déductibles des revenus (avec certaines limites). La rente viagère prévue à la sortie est imposable.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.